Protocole de travail, Vision à distance

Dévier légèrement – Vision à distance et Lignes de Nazca [traduction]

Préambule

Cet article est une traduction d’un texte original de Paul H. Smith, ancien militaire et voyant au sein du projet Star Gate dans les années 80. Il s’occupe actuellement d’un centre de formation en Remote Viewing aux États-Unis d’Amérique. Ses nombreux témoignages de sessions sont des mines d’or à lire, autant pour l’audace dans ses choix de cibles que pour la qualité de ses résultats.

Au travers de cet article où il règle ses comptes avec une journaliste, il faut noter la difficulté qu’implique la retranscription d’une session de vision à distance. Un seul élément, aussi insignifiant soit-il, peut décrédibiliser entièrement l’expérience. Il n’y a pas de place à l’interprétation dans ce genre de session et nous devons parfois accepter l’échec comme la réussite partielle.

N’hésitez pas non plus à vous informer au sujet des travaux de Lyn Buchanan cité plus bas. Il anime actuellement des conférences sur des sujets connexes comme le Remote Influencing, ou la manière – toujours à distance – de collecter des informations puis des les modifier ou de les altérer.

Traduction

Source : http://rviewer.com/Remote_Viewing_Blog/scientism-and-skepticism/deflecting-a-cheap-shot-remote-viewing-and-the-nazca-lines/

Certaines personnes aime trouver des défauts. Certains sont journalistes – ou du moins le prétendent. C’est notamment le cas avec un site web nommé « MuckRock« , qui se déclare lui-même comme « un site d’informations collaboratif à but non-lucratif, vous fournissant tous les outils pour garder notre gouvernement transparent et responsable ». Partant de là, il y a matière à dire au sujet de la transparence et de la responsabilité actuelle du gouvernement, certains se demande pourquoi les gars du MuckRock peuvent perdre leur temps sur un petit programme gouvernemental aujourd’hui clos, et, apparemment abandonné il y a plus de vingt ans. Le programme de vision à distance Star Gate a finalement été une des cibles de MuckRock.

Fort Meade, Maryland (USA) Source : Wikipédia, auteur inconnu

Je vais me focaliser sur un article en particulier telle une illustration classique de ce journalisme partant a volo. Comme il y a énormément d’articles au sujet du programme Star Gate, ce texte est rédigé sur un ton moqueur. Je vais tenter d’éviter de me moquer en retour (je ne peux pas garantir de me contrôler tout le temps). L’article s’intitule From the department of “Nailed It:” Army psychics take on the Nazca lines, par Emma Best et rapporte ce qui s’est déroulé lors d’une session de vision à distance au centre de vision à distance de Fort Meade en Mars 1990. La session est rédigée sur 6 pages. Le voyant se nomme « 052 », et son assistant « 018 ». Bien que l’auteur ne sache pas qui sont les participants, pour ma part je les connais. Le voyant « 052 » est le capitaine Linda Anderson, à cette époque une toute jeune recrue du programme Star Gate. « 018 » est Lyn Buchanan, officiant en tant que formateur de Linda. Mlle Best a raison – ce n’était pas une très bonne session. C’était en fait simplement une session que nous pouvions attendre d’une novice. L’article de Mlle Best montre ce qui survient quand on fait fi de ses jugements sur des sujets dont on ignore tout, et qu’on apporte trop d’intérêt à des trivialités – oh, et qu’on analyse des choses par rapport à des biais déjà pré-existants.

Extrait provenant de l’article original

Par exemple, de sa propre initiative Best rétorque que « l’agent psy a décrit et dessiné une ‘grappe de raisin’ qu’il ressentait localisé sur le site », et ajoute gratuitement, « aucune ligne de Nazca ne représente de raisins ». Mais l’extrait sorti de son contexte montre clairement que cette « grappe de raisin » est un AOL (Analytical OverLay), ou interprétation parasite. Ceci signifie (si seulement l’auteur de MuckRock savait ce qu’elle lisait) que le voyant ne croit pas qu’il y ait une grappe de raisin sur le site de la cible – seulement qu’un certain motif lui rappelle la forme de raisins. Je ne blâme pas l’auteur de l’ignorer. Je la blâme de donner un jugement basé sur son ignorance.

Best ne s’est pas remise en question quand l’assistant dans ses commentaires tentait d’expliquer que l’interprétation parasite des raisins n’était rien d’autre que le verso d’une des pages (déchirée d’un numéro du National Geographic)  illustrant des raisins. Maintenant, un voyant expérimenté n’aurait pas à décrire des raisins quand les lignes de Nazca sont ciblées. Je peux comprendre pourquoi Best a pu conclure que « 018 » était en train de minimiser une erreur. Mais Linda, souvenez-vous, était une apprentie, et inexpérimentée. Aussi souvenez-vous, elle le déclare comme un parasite. Les autres commentaires de Lyn montrent qu’il a apporté ses suggestions et corrections. Le commentaire sur les raisins semble évident dans ce contexte.

Je fais une petite objection quant à l’évaluation de Lyn qui dit qu’il ne « discerne aucune erreur » dans la session de Linda. Il me semble qu’il y en a au moins une petite – la mention d’eau, dont certaines d’entre-elles sont listées comme interprétations parasites. Aussi, on note en page 4 de sa transcription une autre confusion – elle entendit « le son de l’eau », mais de manière confuse car pour elle « il n’y a pas d’eau ». D’autres perceptions semblent ambiguës pour Best. Mais je n’étais pas là, donc je ne sais pas exactement ce que Lyn voulait signifier, et maintenant 27 ans plus tard il ne s’en souvient plus lui-même.

Peut-être que MuckRock fait un bon travail sur d’autres sujets, mais cet article n’est pas un exemple de qualité sur le journalisme d’investigation. Mon épouse était journaliste dans un quotidien pendant vingt ans, investiguant la plupart du temps. Elle termina sa carrière après cinq années en tant qu’éditorialiste des légendaires colonnes du Washington Merry-go-Round de Jack Anderson (gagnant du prix Pulitzer). De ce fait, je connais comment un journaliste d’investigation réputé travaille. Jack a écrit la préface de mes propres mémoire à l’époque du programme Star Gate, Reading the Enemy’s Mind. Il commença à publier à propos du projet de vision à distance en 1979 en tant que sceptique. Mais Jack en appris plus au sujet de Star Gate pendant des années jusqu’à l’approuver, si on lit attentivement ses écrits. Je ne suis pas un expert en journalisme d’investigation, mais je sais en reconnaître un quand je le vois. Et l’article d’Emma Best (aussi bien que les autres articles de MuckRock) n’en est pas une.

Mlle Best a sorti une seule session de vision à distance de son contexte et l’a portée en exemple, l’interprétant à sa manière. « Regardez comme cette session est mauvaise. Elles le sont toutes ». C’est une erreur majeure (laissant croire qu’une partie représente le tout), et aucun journaliste d’investigation compétent ne devrait tomber dans ce piège. Pour vous démontrer que toutes les sessions du projet Star Gate ne sont pas comme cela, j’ai offert ci-dessous une des miennes, réalisée dans des circonstances similaires, également avec les lignes de Nazca comme cibles, et bien entendu conservée dans les archives officielles. Le capitaine F. Holmes Atwater (connu aujourd’hui dans la communauté des voyants à distance sous le pseudonyme de « Skip ») était mon assistant. En dehors de cela, la seule différence était que j’avais reçu un plus long entraînement comparé à celui de Linda. Notez que moi aussi, j’ai eu le mot « eau » au début, mais rapidement abandonné. Quelque chose aussi de noté que je ne savais pas jusqu’à explorer un petit peu avec Google Earth. Il y a une rivière à un demi mile (800 mètres) de l’endroit où les lignes commencent. Aussi, on observe l’évolution des perceptions au fur et à mesure de la session, avec une meilleure connexion au signal de la cible ; les impressions immédiates sont des structures en trois dimensions, mais ces impressions se sont effacées pour devenir plus étroites et correspondant mieux aux données réelles. L’ensemble de cette session est disponible dans les scans des pages manuscrites ci-dessous.

Pour ceux qui se sont déjà forgés une opinion quant à la véracité de ces dires, la vision à distance peut non pas sembler fantastique, mais incroyable. Cependant c’est vrai. Dans le programme Star Gate nous n’avons pas eu que de bonnes sessions (aucun système de perception humain, et certainement aucune discipline n’a toujours raison). Mais chacun avec un degré d’honnêteté objective pourra trouver un nombre surprenant de visions à distance où nous avons eu juste. Et il y a beaucoup d’autres succès étonnants qui se sont produits tous les jours avec des collègues ayant appris les mêmes compétences que mes camarades militaires et moi-même.

Scan PDF de la session

Résumé :

« Structure(s) sur le site faite(s) par l’Homme, ont plusieurs angles, vont sur une longue distance, et dans différentes directions à différents moments » [J’ai rayé « Elles sont basses, schématiques, droites, courbes »] [J’ai ensuite ajouté sur la page : ]

« Le site est une sorte de schéma représentatif sur une large zone, avec peut-être une symbolique et/ou un caractère de dévotion ; il est fait de lignes et de bandes au travers de textures rugueuses, caillouteuses. Organisation et coopération sont intrinsèque à la construction. Le site est très vieux, peut-être un sens ancien à son sujet. Les structures du site représentent des animaux, des oiseaux, des personnes. Les propos sont apparemment affiliés avec la cosmologie, la religion, le mysticisme. La construction a impliqué une dynamique de groupe travaillant ensemble autour d’un même but (un travail d’amour, pas un travail forcé). »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *