Protocole de développement

Comment déparasiter son cerveau

Dans cet article vous découvrirez la méthode qui m’a permis de débarrasser mon cerveau de ses pensées négatives afin d’améliorer mes perceptions. En effet lorsque nous avons besoin d’interagir avec l’information intuitive, nous avons besoin de nous placer dans une énergie plus haute qu’habituellement, une énergie plus positive.

Depuis des années j’étais parasité par des pensées négatives dues à des souvenir déplaisants ou de mauvaises expériences. À chaque fois que je voulais pratiquer une activité demandant un lâcher prise, telle que la vision à distance ou la radiesthésie, ces pensées négatives revenaient inlassablement, m’empêchant  de pratiquer efficacement et sereinement ces activités.

Je vous présente donc dans cet article une méthode pratique  qui m’a énormément aidé à me débarrasser des idées négatives « automatiques ».

Voici les 4 étapes de cette méthode. Chaque étape correspond à 1 semaine d’exercice.

ETAPE 1 : Compter les idées négatives

Les idées négatives sont parmi les types d’idées qui nous viennent le plus rapidement.

Suivant notre état psychique, il peut arriver que l’on ressente un certain « plaisir » à éprouver des idées négatives. Ceci conduit notre inconscient à créer toujours plus de pensées sombres pour « assouvir » ce plaisir. Par ce processus, nous programmons notre inconscient à toujours nous envoyer des idées négatives.

Pour cette première semaine, chaque fois qu’une idée négative se présente à vous, comptabilisez-la et notez soigneusement leur nombre.

Gardez sur vous un papier et un crayon, ou alors notez sur votre téléphone portable le nombre de pensées négatives au fur et à mesure de la journée.

Le but est de créer une contrainte, un inconfort (le fait de compter et de noter) chaque fois qu’une pensée négative vous vient. Cela va permettre à votre inconscient d’associer un sentiment de contrainte au fait de créer une pensée négative. Ceci modifiera sa « programmation » et l’incitera à diminuer le nombre de pensées sombres.

De plus, quand vous aurez comptabilisé toutes les pensées négatives de la journée, vous prendrez conscience qu’elles sont (trop) nombreuses et qu’il est impératif de diminuer votre score.

Notez dans les commentaires le nombre de pensées négatives que vous avez eues tout au long de la première semaine.

 

 ETAPE 2 : Noter l’idée négative, son sujet et quel sentiment elle génère

La partie inconsciente de notre cerveau est programmée par notre vécu. Les idées qu’il génère sont directement issues de ce vécu, ce câblage neuronal.

Pour cette deuxième semaine, chaque fois qu’une pensée négative vous vient, notez son thème, son sujet ainsi que le sentiment qu’elle vous procure (peur, tristesse, colère…).

Prenez quelques secondes pour noter tous ces ressentis, en quelques mots sans rentrer dans les détails.

Le but est de renforcer la contrainte et l’inconfort pour l’inconscient. En effet, au bout d’une semaine, votre cerveau va « s’habituer » au premier inconfort généré, il va se « stabiliser » et essayer de revenir sur l’ancien schéma de pensée qu’il connait. Renforcer l’inconfort va de nouveau contraindre votre inconscient à diminuer les pensées négatives.

De plus, une fois que vous relirez vos notes, vous saurez exactement quel type de pensées vous bloquent et vous tirent vers le bas.

À la fin de la semaine faîtes le bilan :

  • Quel sujet revient le plus ?
  • Qui je vois dans ces pensées négatives ?
  • À quel endroit ?
  • À quoi est-elle liée ?
  • Suis-je acteur ou victime dans cette pensée ?
  • Etc…

Vous savez maintenant Qui ou Quoi vous bloque ainsi que les actions nécessaires pour stopper ces pensées.

 

ETAPE 3 : Chasser l’idée négative et la remplacer par une pensée positive

Au bout de 2 semaines d’exercices, le processus de changement est bien engagé. Maintenant vous devez apprendre à chasser les pensées négatives.

Pour cela, vous allez chercher dans votre tête un événement marquant positif que vous avez vécu. Une fois trouvé, visualisez cet événement, revivez-le en ressentant les émotions positives. Lorsque vous ressentez cette émotion positive, essayez de l’amplifier, puis mémorisez ce nouveau ressenti. Entraînez-vous à revenir rapidement à cette pensée. C’est ce que l’on appelle un « ancrage ».

Pour cette troisième semaine d’exercices, vous vous efforcerez à chaque fois qu’une pensée négative vous vient à l’esprit, de penser immédiatement  à votre pensée positive d’ancrage. Concentrez-vous sur la pensée positive et laissez filer la négative.

Recommencez à chaque fois qu’une pensée négative vous vient.

Si une pensée se veut trop insistante, alors notez l’idée, son sujet et le sentiment qu’elle vous procure comme à l’étape 2 et analysez là. Ainsi vous serez en mesure de résoudre le problème et de vous libérer de cette pensée entêtante.

Au bout de 3 semaines d’exercices votre cerveau commence à entrer dans sa phase d’habitude, ce qui signifie qu’il commence à diminuer les pensées négatives, il est maintenant capable de chasser une idée négative.

 

 ETAPE 4 : Améliorer la rapidité de remplacement de l’idée négative et vérifier votre avancée

Pour cette quatrième semaine nous allons renforcer le remplacement de l’idée négative et vous permettre de vérifier votre évolution.

À partir de maintenant, chaque fois qu’une pensée négative se manifestera, vous vous efforcerez de la chasser le plus rapidement possible par votre pensée positive d’ancrage. Vous essaierez d’être de plus en plus efficace.

De plus, cette semaine, chaque fois qu’une pensée négative apparaîtra vous la comptabiliserez. Ainsi à la fin de chaque journée, puis à la fin de la semaine vous pourrez vérifier votre amélioration.

En vous rapprochant des 30 jours d’exercices, votre cerveau aura pris l’habitude de ne plus générer de pensées négatives automatiquement.

Notez dans les commentaires le nombre d’idées négatives qui vous sont venues à la fin de la quatrième semaine d’exercices.

 

En conclusion

Après ces 4 semaines d’exercices vous serez libérés du poids des pensées négatives. Vous pourrez alors vous concentrer pleinement sur ce qui est positif et ne serez plus bloqué ni tiré vers le bas. Vous pourrez alors améliorer vos ressentis et vos perceptions avec plus d’efficacité avec une énergie beaucoup plus élevée qu’auparavant.

Votre cerveau est maintenant déparasité.

2 réflexions au sujet de “Comment déparasiter son cerveau”

    1. Oui tout à fait Giuliano, c’est d’ailleurs une méthode qui est intéressante pour débuter dans la méditation car elle permet de prendre conscience de toutes nos pensées et de leur impact sur notre comportement et notre vie en général. Elle permet d’apprendre à les contrôler, car la maîtrise des pensées est essentielle en méditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *